Ferme Holleken Hoeve

Vendredi 22 janvier 2016  : Exploration du Monde - "KIRGHIZISTAN des chevaux et des hommes" par Vincent ROBINOT

Toutes les versions de cet article : [français] [Nederlands]


Vincent Robinot nous fait découvrir un pays méconnu : le Kirghizistan. Dans une démarche épurée, en immersion avec un peuple nomade, avide de liberté et d’une grande hospitalité. Il parcourt seul, àpied ou àcheval, ce magnifique pays de montagnes où les rencontres ponctuent la narration de ce film.


Le film

Vincent Robinot a toujours été attiré par l’Asie centrale. Il y a une dizaine d’années, il s’est particulièrement intéressé àla mer d’Aral, cette mer àl’agonie entre Kazakhstan et Ouzbékistan, victime de l’intensive culture du coton. Depuis 2002, il a multiplié les voyages dans cette région où les montagnes s’invitent au milieu de la steppe et où se croisent encore de grands cavaliers perpétuant les coutumes pastorales. Plusieurs voyages qui ne l’avaient cependant pas encore conduit, sur cette terre grande comme un tiers de la France et dont 40 % du territoire se situe àplus de 3000 m d’altitude. De ce pays il ne connaissait que le nom, si petit sur la carte, si discret àl’échelle internationale.
Et pourtant, àla croisée des Routes de la Soie, son histoire est grande. Chahutée par différentes invasions, cette terre fut au carrefour des empires chinois, arabe, mongol, perse, ottoman et soviétique. Une terre dominée par les pics enneigés des Montagnes Célestes, les Tien Shan, habitée par un peuple initialement nomade.
De village en village, de yourte en yourte, àpied ou àcheval, ce jeune réalisateur va àla rencontre des kirghizes. Les portraits qui ponctuent ce film nous plongent alors dans une culture nomade où le cheval est roi, où rites et coutumes, façonnés dans le roc semblent préservés. Au fil de cette chevauchée, portes et montagnes s’ouvrent et dévoilent leurs beautés.


Vincent Robinot

Vincent Robinot exerce le métier de réalisateur-reporter depuis une dizaine d’années. Du Kazakhstan àl’Iran, de la Russie àl’Inde, ce sont les voyages qui l’ont amené au reportage. D’abord photographe, il se tourne depuis une poignée d’années vers la vidéo et le documentaire. Il affectionne particulièrement l’Asie centrale pour ses grandes étendues et ses peuples empreints du passé soviétique.
Il y mène notamment un long travail de reportage sur la catastrophe de la mer d’Aral. De cette mer àl’agonie, il remonte le cours du Sir Daria, un des deux fleuves qui l’alimente, et pose son sac àdos au Kirghizistan, petit pays coincé entre Chine et Kazakhstan. Sur ce territoire montagneux, habite un peuple semi-nomade, avide de liberté, mais dont l’hospitalité est immense...


Espace privé